Faut-il noter le spectacle vivant ?

Publié le par Scènes 2.0

Notre société vit dans la surévaluation permanente. L'avis du consommateur, réel ou fabriqué, fleurit sur Internet. La démocratie consommatrice est née - je n'entends pas la juger ici, mais seulement constater son avènement.

Faut-il noter aussi le spectacle vivant ? N'est-ce pas le rabaisser à l'état de marchandise, renvoyer l'Artiste sur le banc d'école ?

Tout dépend ce qu'on entend par notation. A mon sens, la notation de Scènes 2.0 n'est qu'un repère visuel pour dire, en un mot, si l'on a apprécié une oeuvre ou non. Ni plus ni moins. Elle peut aider à se retrouver dans une offre extrêmement foisonnante, dans laquelle le spectateur occasionnel a bien du mal à ne pas se perdre.

C'est affaire de tradition : la notation se pratique depuis assez longtemps dans le domaine du cinéma, et personne ne songe à s'en offusquer. Peut-être parce que le cinéma, à ses origines, a été considéré comme un art populaire et industriel, bas. Imaginerait-on de noter une sculpture ou un tableau ?

Je vois à la notation un autre avantage. Outre qu'elle clarifie la position du critique vis-à-vis de l'oeuvre, elle lui permet de se concentrer précisément sur les aspects essentiels de son travail, la description et l'analyse.

La notation est aussi une arme tranchante. Elle ne permet pas l'ambiguïté. Elle oblige le critique à prendre parti. Pour l'internaute consommateur, elle peut avoir un rôle de prescription qui peut être dangereux, en le détournant d'office de spectacles qui seraient mal notés. Je crois que les participants actuels de Scènes 2.0 en sont tout à fait conscients et qu'ils sauront en user avec modération.

Pour trivial qu'il puisse paraître, le palmarès de Scènes 2.0 offre une autre lecture de l'offre performative : il fait clairement apparaître que tel spectacle surmédiatisé, traîné en tournées mondiales, est peut-être surestimé ; que tel autre, confidentiel, mériterait d'être mieux connu ; que tel autre, encensé là, dénoncé ici, divise.

Publié dans Débats

Commenter cet article

guy 17/04/2007 21:21

Que dire de plus? Rappeler que la notation a le mérite de provoquer, dans tous les sens du termes, d'ouvrir le débat et non de le clore.